mercredi 2 mars 2016

Samedi 10 juillet 1982 : Lembach - château de Froënsbourg.

A 16h, départ de Lembach avec Viviane, Alexia et Caroline, pour le week-end dans les Vosges du Nord, sur le GR 531.
Lembach, au contact du grès et du calcaire, présente un paysage particulier : des cultures dans les fonds de vallée, des vergers et prés sur les versants, des forêts sur les hauteurs gréseuses.
Chacun a son sac à dos, y compris les deux filles.
A la sortie du village, nous empruntons un sentier qui traverse la Sauer et qui va la longer vers l'amont. Sentier étroit dans les feuillages qui rejoint bientôt un large chemin forestier.

  

On s'arrête pour quelques cailloux dans la chaussure de Caroline. On débouche sur une route départementale, aux abords d'un camping ; puis, au bout d'un kilomètre, on s'engage dans un chemin sablonneux qui traverse le ruisseau du Steinbach. On arrive à la ferme du Froënsbourg.
De là, le sentier longe l'orée des bois puis gravit tout doucement les pentes du Fuchsberg. Les filles commencent à fatiguer. Les tenant par la main, je raconte des histoires de Sylvain et Sylvette et des quatre compères, pour maintenir l'attention et oublier la fatigue. L'histoire se passe bien sûr en forêt, et aux abords d'un château en ruine...
Le sentier se rétrécit, monte au fond du vallon et débouche dans le fossé du château de Froënsbourg. Nous y rencontrons le GR 53, sentier au rectangle rouge.
Nulle part en Europe on ne rencontre une concentration aussi dense de châteaux médiévaux que dans les Vosges du Nord. Le grès rose des Vosges leur fournit de remarquables plate-formes naturellement fortifiées. Le Froënsbourg est l'un de ceux-là. Remarquable château qui utilise le substrat rocheux pour se creuser des salles souterraines : alternance de couches gréseuses aux teintes roses et blondes dans le vert sombre des forêts des alentours.

Nous visitons les ruines du château, ce qui redonne du tonus aux filles. 


Puis, contournant le promontoire rocheux, nous redescendons au pied du château.
Dans une clairière, à la croisée de chemins, nous installons le campement. Deux tentes : les filles sous l'une, Viviane et moi sous l'autre. Pique-nique aux abords des tentes, dans la douceur d'une belle soirée d'été...



1 commentaire: