mercredi 2 mars 2016

Dimanche 1er novembre 1987 : Auberge Glasborn - Turckheim.

Arrivé dans la matinée en voiture à Turckheim, je monte en auto-stop vers le col du Wettstein.

Je commence à marcher à partir de midi au départ de l'auberge Glasborn.
Après les pâturages, je monte dans la forêt, au milieu d'un terrain encore bouleversé par les tranchées et quelques points de fortifications, vestiges de la Première Guerre mondiale. J'atteins le sommet du Schratzmaennele (1040 m), enjeu de terribles combats en 1915, et ligne de front jusqu'en 1918.
Les Schratzmaennele, lutins mal famés dans la vallée de Munster, séjournent en ce lieu et pénètrent la nuit dans les métairies isolées.
En face, une petite descente m'attend dans une forêt au parterre de myrtilles, bruyères et fougères. J'atteins le col du Baerenstall, près d'un cimetière militaire allemand, où je rencontre le GR 531. Lorsque les sentiers se séparent, je continue tout droit dans la forêt du Kuhberg, à peu près sur la crête. Je rejoins le lieu-dit la Croix de Wihr, monument sur une route départementale de forêt.
Je m'arrête pour manger aux alentours de la croix.

Je m'engage ensuite dans le chemin contournant la butte des ruines du Grand Hohnack et retrouve la route à l'entrée d'un hameau. Coupant plusieurs fois la route du Linge, le GR surplombe le hameau de Giragoutte puis rejoint l'ancienne M.F. Obschel, auberge joliment située dans la forêt. Il chemine ensuite sous la voûte verte des conifères, débouche sur la clairière du Meyerhof et son ancienne ferme. Il emprunte alors le « sentier Louise », en altitude constante dans les conifères et rejoint la station des Trois-Epis, à 659 m d'altitude.
Avec ses maisons de repos, ses hôtels et pensions, c'est une des stations d'été des Vosges les plus fréquentées. Je débouche au milieu des foules motorisées. Un agréable soleil d'automne éclaire le lieu, avec une vue grandiose sur la plaine d'Alsace et l'entrée de la vallée de Munster. Il y a beaucoup de personnes âgées qui se promènent.
Pressé de retrouver le calme, j'emprunte un moment la route en lacets. Le sentier descend sur les flancs de la montagne, rejoint une petite route qui débouche dans des vergers et des vignes.

Il est 16h15. Je pénètre ainsi à Turckheim, sur la Fecht, au débouché de la vallée de Munster : jolie ville viticole alsacienne, enserrée dans ses remparts médiévaux.

*****

1 commentaire:

  1. Rythme ternaire d'un "parterre de myrtilles, bruyères et fougères" quand la guerre de 14-18 se lit dans le paysage... Où? Mais bien sûr avant "Giragotte" et "Sentier Louise"!

    RépondreSupprimer