mercredi 2 mars 2016

Dimanche 23 mai 1993 : Helfrantzkirch - Leymen.

A 10h15, je quitte Helfrantzkirch où m’ont déposé Viviane, Alexia et Clément. Journée ensoleillée.
Un chemin creux, une allée bordée de saules impressionnants, un fond de vallée, une lisière, une croupe forestière que l'on descend... puis c'est un paysage alterné de prés, de bosquets et de cultures.
Symphonie en vert et jaune.
Je traverse Ranspach-le-Bas, étiré le long d'un coteau : quelques belles maisons à colombages.
D'un vallon à l'autre, dans un paysage ouvert, le GR atteint Michelbach-le-Haut. J'y arrive à midi. Rendez-vous près de l'église avec Viviane.

Nous rejoignons avec le Trafic Alexia et Clément, au bord d'un champ sur les hauteurs d'une colline. Nous mangeons ensemble sous un arbre isolé. Clément en profite pour renverser de l'huile dans le Trafic, qui s'en souviendra longtemps !

A 15h, je grimpe au-dessus du village puis je rejoins Attenschwiller, village orienté vers l'agglomération de Bâle - St-Louis qui attire 70% de la population active. Par collines et vallons, le sentier arrive à Wentzwiller, à 2 km de la frontière suisse. Sur le trajet, des saules têtards torturés.
Le vallon du Muehlbach traversé, je monte sur la colline, au lieu-dit Metzgermatten (380 m). En contrebas, Schönenburg, en Suisse. Plus loin, les premiers chaînons du Jura.
Je longe sur la crête un terrain de golf (fréquenté bien sûr par des Suisses) puis, toujours sur une route goudronnée, je descends sur Hagenthal. Je traverse Hagenthal-le-Bas et Hagenthal-le-Haut dans toute leur longueur. Situés dans le vallon du Lertzbach, ces deux villages sont au pied des premiers chaînons du Jura.
Le Jura alsacien domine le sud du Sundgau : impressionnante verticalité de ses corniches calcaires, joyaux du relief karstique (grottes, résurgences...).
Je grimpe parmi des prés et des taillis les premières pentes des bas plateaux du Jura alsacien. Le chemin est blanc, éclatant de calcaire. Au sommet de la colline (459 m), un sentier étroit se faufile dans les buissons et descend vers la chapelle de Heiligenbrunn : citée dès le XIVe siècle, elle renferme un superbe autel baroque. La source à côté est réputée comme bienfaisante.
Le GR descend dans un paysage ouvert par un chemin empierré. Les promeneurs que je rencontre me saluent en dialecte suisse alémanique. J'atteins le ruisseau de la Birsig. Près d'un enclos à chevaux, je rencontre Viviane, Alexia et Clément qui se sont installés dans la nature.
Je poursuis mon chemin et pénètre à Leymen, village important situé au pied d'un pli du Jura où se détache en hauteur le château du Landskron. Je traverse le village et grimpe la pente de la montagne dans un chemin calcaire. Je longe une forêt puis parviens dans une zone d'habitation, l'annexe de Tannwald (490 m), au pied du château du Landskron, juste sur la frontière entre la France et la Suisse. Viviane et Alexia sont attablées à la terrasse d'un bistro. Il est 18h30.
Je monte alors dans les ruines du château : ancienne possession des comtes de Ferrette et des Habsbourg, puis des rois de France, il a été adapté au XVIe siècle à l'usage des armes à feu. Complétée par Vauban, cette fortification a servi de prison d'état avant d'être démantelée en 1814.
Il en reste des vestiges du donjon, du corps de logis et de l'enceinte.
Clément me rejoint dans les ruines. Nous redescendons au bistro pour boire un pot.
C'est ici sur la frontière que se termine le GR 531, sentier au rectangle bleu.



Fin du GR 531, sentier au rectangle bleu.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire